Les rêveurs

 

un film de Sandrine Willems

fiction - Betacam digital - 55' - 2000

 

Ils errent sur une plage du Nord, blanche et déserte. Ils se souviennent de ce qui n'a pas eu lieu, ils espèrent ce qui n'arrivera pas. L'un vit pour son train qui ne roule plus, un autre pour ses pigeons, qui ne reviennent jamais. Jusqu'à ce que le réel les réveille brutalement, dans un amour, ou une guerre.

 

C'est un film sur l'attente, et le vide. Les huit personnages qui tournent en rond, sur une plage désertée, répètent au fil des jours les mêmes gestes, reprennent les mêmes trajectoires, espérant l'événement qui les délivre. Ils ont leurs rites et leurs manies, ils parlent sans s'entendre, les dialogues se croisent. Ils sont seuls, attendent de rencontrer quelqu'un, mais en sont incalpables. Aussi l'unique femme vraiment vivante qui surgit à la fin, a-t-elle, dans ce petit monde, l'effet d'une bombe.

Les plans très larges, de paysages du Nord, alternent avec ceux de visages, très serrés. L'intimisme domine, et la mer devient un personnage. Le cadre joue avec le vide, le blanc, et une monochromie bleutée. Une grande homogénéité est recherchée, jusque dans les décors, visant à la pureté. Les costumes aussi, appartiennent à une époque indéfinie, archaïque, comme de conte de fée. Tout réalisme est banni.

Le son renforce l'étrangeté. Les bruits les plus ténus prennent de l' ampleur, les voix chuchotent. Tout grince, craque, tremble, comme prêt à s'effondrer, depuis le vélo jusqu'à la chaise roulante, en passant par le train, qui fait un bruit de bateau. L'émotion des personnages n'est pas vraiment "psychologique", ils sont mus par des forces, ils finissent par ressembler à des mythes. Ils sont décalés, d'un autre âge, coupés du monde. Le temps aussi est ici bizarre, comme circulaire, plein de coïcidences frisant le miracle. Le cinéma s'amuse dans une naïve magie, l'histoire devient un conte, et espère faire naître une certaine poésie.

Sandrine Willems

 

 

 

interprètes

 

Olga ... Laure Pointeau

Klaus ... André Lenaerts

Jules ... Rudy Goddin

Ania ... Serap Güven

Le curé ... Daniel Donies

Hugo ... Jean-Michel Vovk

Gunar ... Bernard Graczyk

Victor ... Ewald Chikovsky

Pierrot ... Loïc Scalbert

 

scénario et réalisation Sandrine Willems

directeur photo Guy Talin

ingénieur du son Jean Timmerman

décorateurs Chantal Talbot, Wim Klewais

montage Monique Rysselinck

montage son et mixage Jean-Jacques Quinet

musique originale Ivan Georgiev

assistante de production Patricia Kilesse

producteur Benoît Peeters

 

 

Retour au sommaire